Une perruque et un stylo. Légender Dustan
  • Une perruque et un stylo. Légender Dustan

Une perruque et un stylo. Légender Dustan

Collectif

18,96 €
TTC

Guillaume Dustan. Ni à commenter, ni à critiquer. Rien à comprendre, rien à expliquer, rien à interpréter, plutôt quelque chose genre branchement électrique, connexion, rapport de flux. Besoin d’une lecture en intensité. La main de Dustan caresse le crâne doré. Dustan ne lésine pas sur les moyens, mais cela se passe sur son dos, les autres ne sont pas invités à payer...

Quantité

Guillaume Dustan. Ni à commenter, ni à critiquer. Rien à comprendre, rien à expliquer, rien à interpréter, plutôt quelque chose genre branchement électrique, connexion, rapport de flux. Besoin d’une lecture en intensité.
La main de Dustan caresse le crâne doré. Dustan ne lésine pas sur les moyens, mais cela se passe sur son dos, les autres ne sont pas invités à payer. Une écriture ascétique sous couvert d’un foisonnement, un athlète toujours à bout de souffle. Des concessions, jamais. Un éditeur fulgurant, créant une collection aujourd’hui impossible, beaucoup trop hors commerce, Le Rayon. Un danseur, un cinéaste, un écrivain, un petit juge.
Dans le consensus en train de créer une nouvelle police du langage, Guillaume Dustan tient une position insupportable. Le langage, voilà ce que j’en fais, je tords les mots, je les déjante, je les brise, je les hache. Les médias veulent des noms people tout en minaudant sur le respect de la vie privée. Dustan en écrit des listes entières, de « vrais » noms. Lui, son nom, il l’a plaqué. Pas de privé dans la vi cotidièn.
Dans une période de terreur d’une épidémie inédite, Dustan ramène la question du désir à d’autres équations que celles qui sont en train de s’inscrire. Un Hamlet rockstar pro-drogue, pro-sexe.
Vivre à tout prix, intensément, contre les éthiques en place, écrire sa vie parce qu’il ne peut pas faire autrement, avec quelques guides qui lui ont montré la voie d’une vie nouée à l’écriture. Il ne pourra jamais survivre, quand ce sera fini, ce sera fini... Et on dira après sa mort : écrivain maudit, sans penser à l’étymologie de “maudit”. Celui qui dit mal, toujours.. L'Unebévue. 232p

Collectif
9782914596497

Fiche technique

Genre
Essais
Editeur
L'unebévue

Vous aimerez aussi