•  
  • Le vilain petit canard n°4

    Le vilain petit canard n°4

    Le Vilain Petit Canard est un nouveau journal pour enfants de 8 à 12 voire 112 ans.

    Il est bimestriel, comporte 40 pages + un poster, s'intéresse à tout et de mille manières : philosophie, politique, cuisine, danse, chanson, littérature, bande dessinée, histoires coconstruites avec le lecteur, poésie, mythologie, bricolages à faire soi-même...

    

    Plus de détails

    Editeur :
    2000000056425

    commander
    • 6,00 € TTC

    Le Vilain Petit Canard est un journal pour enfants de 8 à 12 voire 112 ans.

    Il est bimestriel, comporte 40 pages + un poster, s'intéresse à tout et de mille manières : philosophie, politique, cuisine, danse, chanson, littérature, bande dessinée, histoires coconstruites avec le lecteur, poésie, mythologie, bricolages à faire soi-même... Comme le lapin est dans le pâté, il y aura tout ça dans le canard.

    Cher-es ami-es, lectrices, lecteurs, abonné-es présents ou futurs,

    Oui, vous ne rêvez pas, vous avez devant les yeux la lumineuse couverture (dessinée par Catell Ronca) du numéro 4 du canard.
    Numéro 4 qui vient juste de sortir, que Michel de l'imprimerie Ravin Bleu va nous livrer pas plus tard que demain et que nous confierons à la diligence de la poste mardi 7.

    Les rares personnes qui l'ont lu disent que c'est notre meilleur, et c'est heureux que ce ne soit pas le pire : il fait quand même 64 pages (et coûte 6 €) !
    Dont un conte de Muriel Bloch illustré par Mireille Vautier, des bandes dessinées dans lesquels des résistants ont rendez-vous avec l'Histoire, des chiens organisent des élections et des moines font vœu de silence. Ainsi qu'un long dossier (?!...Après Charlie) qui revient sur les questions de liberté d'expression, d'égalité, de religion, d'humour, de blasphème, de démocratie, d'islamophobie et d'antisémitisme. Dossier dont on espère qu'il sera utile et "distreizant", discuté dans les collèges, les lycées, les familles, les médiathèques, partout.
    Au sommaire il y a encore : un proverbe chinois en forme de petit pantin à monter soi-même par la graveuse Marine Rivoal, le chaotique Typhon qui menace l'ordre établi chez les Grecs, un article sur la libération de Kobané par Anouk Colombani, trois dessins dont deux cartes postales par le fabuleux Stril, une lettre pas piquée des vers de l'inspecteur Berlut à son chef par l'enquêtrice Anne-Laure Marie, et le beau poème de Carl Norac illustré par Géraldine Alibeu, non pas sur une, mais deux pages, oui Monsieur, oui Madame !

    

    Panier  

    Aucun produit

    Expédition 0,00 €
    Total 0,00 €

    Panier Commander