Qui sommes-nous ?

Les mots à la bouche

1980 Jean-Pierre Meyer-Genton est jeune juriste. Il avait voulu ” faire les beaux-arts “, mais ses parents l’ont instamment prié de faire son droit. Il travaille dans une grande société. Il s’y ennuie. Homosexuel, il milite depuis quelques années au GLH (Groupe de libération homosexuel). A la suite d’un petit héritage, il décide de se lancer dans une ” entreprise militante “. Il s’agit d’ouvrir une librairie dont le fonds serait axé essentiellement sur l’homosexualité. Ouvert sur la rue, le lieu doit être ouvert à tous, à l’échange et au dialogue.

Avec un associé, Yves Clerget, qui ne participera pas longtemps à l’aventure, il ouvre le lieu dans le 18ème arrondissement de Paris, rue Simart, près de la Mairie : Les Mots à la Bouche. Parce que, librairie dans la journée, la boutique est aussi salon de thé et même restaurant le soir. Cette aventure gastronomico-littéraire ne dure que quelques mois, mais le nom reste. Librairie, mais aussi galerie dans l’arrière-boutique, et même maison d’édition puisque Jean-Pierre y héberge l’équipe de la revue Masques qui vient de créer les Editions Persona.

 

Les toutes premières années sont difficiles mais riches. Ce sont les années de la reconnaissance pour une génération d’écrivains homosexuels : Prix Goncourt pour Yves Navarre et Dominique Fernandez, Prix Fémina pour Jocelyne François, Prix Renaudot pour Conrad Detrez, premiers pas d’Hervé Guibert et de Renaud Camus… Et tous viennent rencontrer leurs lecteurs aux Mots à la Bouche.

 

Fréquence Gay y fait des émissions en direct. Les expositions de photos et de peintures se suivent.
En 1983, Jean-Pierre repère un bail disponible dans le Marais, rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie. ” Le Marais “, ce n’est encore que trois bars gais, et désormais une librairie-galerie gaie. Le succès n’est pas immédiat, la greffe prendra vraiment dans la deuxième moitié des années quatre-vingts.

 

Les Mots à la Bouche, c’est une philosophie de l’accueil et du fonds éditorial. Réunir dans un seul endroit tout ce qui, de près ou de loin, traite de l’homosexualité, mais aussi les écrivains dont la sensibilité, l’écriture, peuvent convenir aux homosexuels et aux lesbiennes, et d’une manière plus générale, à tous ceux qui aiment une certaine littérature. Ce n’est pas par hasard que Marguerite Duras, Michel Foucault, Delphine Seyrig ou Marcel Carné fréquentent ces lieux, que Wim Wenders vient s’y procurer les œuvres complètes de Marguerite Duras.

 

Un fonds qui s’enrichit progressivement de littérature anglophone parce que les Américains gays de Paris trouvaient alors difficilement dans des librairies anglaises les livres qui les intéressaient. Au sous-sol, deux caves voûtées hébergent les expositions, les rayons art, design, photographie, cinéma, théâtre et, plus récemment, vidéo.

 

En juillet 1996, Jean-Pierre Meyer-Genton meurt prématurément des suites d’un cancer et la librairie est reprise par son compagnon Walter Paluch qui s’efforce d’assurer la continuité de ce lieu unique en France. Beaucoup d’écrivains, gays ou lesbiennes, français ou étrangers, viennent à la rencontre de leur public : Edmund White, David Leavitt, Stephen McCauley, Christophe Donner, Sandra Scoppettone, Gore Vidal, Michael Cunningham, Dominique Fernandez, Anne Garréta, Philippe Besson, Nina Bouraoui, Dennis Cooper…

 

Ralf König vient signer ses bandes dessinées. Beaucoup de débats ont lieu (avec Olivier Py, Leo Bersani, Eric Dubreuil, Marie-Jo Bonnet, Geneviève Pastre, Didier Eribon, David Halperin, Monique Wittig, Jean Le Bitoux, Louis-Georges Tin…)

 

A six reprises, les gens font la queue pour rencontrer Armistead Maupin, auteur du livre culte “Chroniques de San Francisco”. La même chose se produit quand viennent certaines icônes des gays comme Sylvie Joly ou Marianne James (“L’ultima récital”)…

 

En 1996, le fonds “livres” de la librairie représente environ 12000 titres. De considérables efforts de diversification ont été faits : Vidéo et DVD (plus de 400 films en VO)… On y trouve la presse gay française et internationale, des revues “life-style ” aussi bien que des livres sur la mode, sur le design ou sur l’architecture…

 

(d’après un texte de Christopher Miles paru dans Revue H #2)

 

En 1998, la librairie franchit une nouvelle étape en créant son site internet, mettant ainsi l’étendue de son catalogue à portée de souris du monde entier. Le site internet a également pour mission de vous tenir informé des nombreuses expositions, dédicaces et autres manifestations.


Avec le temps, de nouvelles têtes arrivent, et l’équipe des vendeurs des Mots à la Bouche grandit d’année en année.

 

Pendant les années 2000, plusieurs rayons se développent, qui accompagnent les travaux universitaires, les débats citoyens et communautaires, et les évolutions éditoriales attenantes : histoire de l’homosexualité, études sur le genre, sur les transidentités et les identités queer, PACS, famille homoparentales, livres pour la jeunesse, coming out, bareback. En plus des expositions, les rencontres, débats, et signatures sur ces sujets se succèdent. Sont conviés cinéastes, essayistes romanciers qui font la culture gaie des années 2000. Viennent ainsi Didier Lestrade, Nina Bouraoui, Abellah Taia, Sébastien Lifshitz, Stephen McCauley, Hervé Claude, Madame H, Anne Garréta, Philippe Besson, Fabrice Neaud, Didier Eribon, Louis-George Tin, Marie-France, Didier Godard, Marie-Jo Bonnet, Bruce Benderson, Augusten Burroughs, Frédéric Miterrand, Bertrand Delanoë, Marcela Iacub, Beatriz Preciado, Jean-Paul Tapie, Mathieu Riboulet, Gengoroh Tagame et tant d’autres.

 

En 2012, le site de la librairie est entièrement repensé pour faciliter l’accès au catalogue toujours plus volumineux de la librairie, et partager le travail de sélection et de critiques des libraires.

Panier  

Aucun produit

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander